kiuna
CICIP ACITC MIKISIW
par
Joanie Néquado
 
 
Nikotin e takwakinik pe natohwew pirecica anahwe mikisiw. Ekoni mocak e totak, wir matcehorew pirecica. Nete itahorew cawonok itekera kitci nta piponiciritci. Ka kiskeritak niheriw cicipcic, kaie wir wi icaw nete. Itatakaw taci e akosiritci mikisiwa.  
 
Aci itew:  
 
- Mikisiw! Kaie nin ni wi matcan. Ekoci posihici.  
 
- Nama ni ki ka ki posihitin kir, osam ki kosikotin, itiko mikisiwa.  
 
- Kekwan wetci aka wi matcehoriin ? peikon e icinakosian acitc kotakihik pirecicak. Takon nikot, nitatakon. Taw nimikonim. Tepirak tca nama ki matakawok kotakihik, nama kaie ki kokiwok, itew kiapatc anahwe cicipicic.  
 
- Ki ki onikan kekocic. Kir kiapatc ki ka matcekin. Wirawaw ekoni ke itikititcik mocak, itiko mikisiwa.  
 
Ekoni e iti opohotc mikisiw. Mato anahwe cicip aka e ki otci matcehorikotc mikisiwa.  
 
* * * / / / * * *
Mot Annotation
CICIP
Canard
ACITC Avec/et
MIKISIW Aigle

LE CANARD ET L'AIGLE

par
Joanie Néquado
Je suis étudiante au baccalauréat en études françaises (langue et communication) à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Le texte a été traduit mot à mot dans une première version par Anthony Dubé, version révisée par Nicole Petiquay, technolinguiste atikamekw.

Nikotin Un jour / un jour ou l'autre
e préfixe au conjonctif (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
takwakinik automne (en ce moment)
pe préverbe (action où le narrateur mentionne que quelqu'un va vers lui)
natohwew embarquer / l'emmener
pirecica les oiseaux
anahwe ce, celui, celui-ci (démonstratif inanimé parfois animé)
mikisiw. aigle

Un jour d'automne, l'aigle vint chercher des oiseaux.

Ekoni c'est tout / c'est fini / assez / particule de
mocak toujours / souvent / constamment
e préfixe au conjonctif (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
totak, fait (du verbe faire)
wir lui / elle (pronom du troisième personne du singulier)
matcehorew emmener quelqu'un ou quelque chose d'animé avec un moyen de transport
pirecica. oiseau

C'est toujours lui qui emmène les oiseaux.

le a est la marque de l'obviatif

L'obviation est un procédé grammatical propre aux langues algonquiennes.

Ce procédé exprime la prééminence d'un acteur de 3e personne sur un autre acteur de 3e personne du genre animé.

En linguistique algonquienne, on fait souvent référence à cette catégorie comme étant la 4e personne.

En général on appliquera l'obviation à celui qui est considéré comme moins important (personnage objet) dans un récit, alors qu'on gardera le plus important (personnage sujet) « intacte ».

Mais c'est au narrateur que revient la décision de choisir celui qu'il veut mettre en évidence.

Nete à l'endroit / là bas…
itahorew emmener
cawonok sud / au sud
itekera au environ / lieu (pour préciser un lieu)
kitci pour que / à / au / afin de (indicateur du futur)
nta en allant / là / à cette place là
piponiciritci. hiberner

Il les emmène vers le sud pour hiverner.

Ka préfixe (indicateur de temps, subordonnée)
kiskeritak connaître
niheriw cela (démonstratif inanimé à l'obviatif)

L'obviation est un procédé grammatical propre aux langues algonquiennes.

Ce procédé exprime la prééminence d'un acteur de 3e personne sur un autre acteur de 3e personne du genre animé.

En linguistique algonquienne, on fait souvent référence à cette catégorie comme étant la 4e personne.

En général on appliquera l'obviation à celui qui est considéré comme moins important (personnage objet) dans un récit, alors qu'on gardera le plus important (personnage sujet) « intacte ».

Mais c'est au narrateur que revient la décision de choisir celui qu'il veut mettre en évidence.

cicipcic, petit canard
kaie et / également / aussi
wir lui / elle (troisième personne du singulier)
wi vouloir / avoir l'intention de
icaw aller
nete. là-bas

Quand le caneton sut cela, il voulut y aller lui aussi.

Itatakaw nager vers (direction)
taci en train de (marque l'action immédiate)
e préfixe au conjonctif (faisant toujours partie du verbe au conjonctif)
akosiritci se percher
mikisiwa. l'aigle (troisième personne)

Il nagea vers l'endroit où l'aigle était perché.

Aci maintenant, ok, d'accord, c'est prêt
itew: dire

et il dit:

- Mikisiw! Aigle!
Kaie et / également aussi / avec
nin moi
ni je (préfixe de la première personne)
wi vouloir, avoir l'intention de
matcan. partir

Aigle! Moi aussi, je veux partir.

Ekoci vas-y (expression signifiant l'encouragement)
posihici. embarque-moi

Embarque-moi.

- Nama ne….pas / non (particule négative)
ni je (préfixe de la première personne)
ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
ka préverbe à l'indépendant indicatif au temps futur
ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
posihitin t'embarquer / t'amener
kir, toi (pronom du deuxième personne)
osam trop
ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
kosikotin, lourd / lourdesse (attribué à quelqu'un)
itiko lui dit
mikisiwa. l'aigle.

Je ne peux pas t'embarquer, tu es trop lourd, lui dit l'aigle.

le a est la marque de l'obviatif

L'obviation est un procédé grammatical propre aux langues algonquiennes.

Ce procédé exprime la prééminence d'un acteur de 3e personne sur un autre acteur de 3e personne du genre animé.

En linguistique algonquienne, on fait souvent référence à cette catégorie comme étant la 4e personne.

En général on appliquera l'obviation à celui qui est considéré comme moins important (personnage objet) dans un récit, alors qu'on gardera le plus important (personnage sujet) « intacte ».

Mais c'est au narrateur que revient la décision de choisir celui qu'il veut mettre en évidence.

- Kekwan quoi / qu'est-ce que ? (pronom interrogatif)
wetci pourquoi / raison / de (conjonction explétive)
aka négatif (au conjonction) ou marque de négation
wi vouloir / avoir l'intention de
matcehoriin ? m'emmener

Pourquoi est-ce que tu ne m'emmènes pas?

peikon quand même
e préfixe au conjonctif (faisant toujours partie du verbe au conjonctif )
icinakosian mon caractéristique physique
acitc avec / et
kotakihik autres (animé)
pirecicak. oiseaux (pluriel)

Je ressemble aux autres oiseaux.

le ak est la marque du pluriel

Takon avoir / au sens de « il y a »
nikot, mon nez
nitatakon. mes ailes

J'ai un bec, des ailes.

Taw exister / ' il y en a '
nimikonim. mes plumes (dans le sens de 'mon plumage')

J'ai des plumes.

Tepirak seulement / uniquement
tca alors (conjonction causative)
nama ne….pas / non (particule négative)
ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
matakawok nagent (pluriel)
kotakihik, autres (animé)
nama ne….pas / non (particule négative)
kaie et / également aussi / avec
ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
kokiwok, plonger la tête dans l'eau
itew dire
kiapatc encore / de nouveau
anahwe ce, celui, celui-ci (démonstratif animé)
cicipicic. petit canard

Seulement, les autres ne peuvent nager, ni plonger, dit le caneton.

- Ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
ki préfixe de la deuxième personne
onikan oublier
kekocic. chose / quelque chose

-Tu as oublié quelque chose.

Kir toi
kiapatc encore / de nouveau
ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
ka indicateur de temps, subordonnée
matcekin. grandir

Toi, tu vas grandir encore.

Wirawaw eux / ils / elles (pronom personnel)
ekoni c'est fini
ke préverbe au futur (forme changée de “ka”)
itikititcik seront de cette taille
mocak, toujours / souvent
itiko lui dit
mikisiwa. l'aigle

-Eux, ils vont toujours avoir la même taille, lui dit l'aigle.

le a est la marque de l'obviatif

L'obviation est un procédé grammatical propre aux langues algonquiennes.

Ce procédé exprime la prééminence d'un acteur de 3e personne sur un autre acteur de 3e personne du genre animé.

En linguistique algonquienne, on fait souvent référence à cette catégorie comme étant la 4e personne.

En général on appliquera l'obviation à celui qui est considéré comme moins important (personnage objet) dans un récit, alors qu'on gardera le plus important (personnage sujet) « intacte ».

Mais c'est au narrateur que revient la décision de choisir celui qu'il veut mettre en évidence.

Ekoni c'est tout / c'est fini / assez / particule de
e préfixe au conjonctif
iti commencer graduellement à (conjonction temporelle)
opohotc s'envoler / s'envole (personne)
mikisiw. aigle

C'est alors que l'aigle s'envola.

Mato pleurer
anahwe ce, celui, celui-ci (démonstratif animé)
cicip canard
aka négatif (au conjonctif)
e préfixe au conjonctif
ki préfixe (faisant partie d'un mot ou d'un verbe)
otci pour / de / en sa faveur
matcehorikotc s'envoler avec (moyen de transport)
mikisiwa. l'aigle

Et le canard pleura, parce que l'aigle ne l'avait pas emmené.

* * * / / / * * *