Natacha Brunelle, Ph.D.
Chaire de recherche

 

Chaire de recherche du Canada sur les trajectoires d'usage de drogues et les problématiques associées

 

L'usage de drogues[1], incluant l'alcool, est un phénomène multidimensionnel qui peut avoir des conséquences lourdes. Au Canada, les coûts sociaux, économiques et de santé reliés à l'alcool et aux autres drogues étaient estimés à 40 milliards de dollars en 2002 (Rehm et al., 2006). L'Enquête sur les toxicomanies au Canada (ETC) de 2004 révèle une augmentation considérable de la prévalence de l'usage d'alcool et d'autres drogues de 1994 à 2004 (Adlaf, Begin et Sawka, 2005). La consommation de cannabis (7% à 14%) et celle de cocaïne et de crack (1% à 2%) ont doublé durant cette période. En 2004, les jeunes canadiens de 15 à 24 ans consommaient davantage de cannabis, de cocaïne et de crack, d'amphétamines, d'ecstasy et d'hallucinogènes que les canadiens plus âgés (Adlaf, Begin et Sawka, 2005). Le même constat est fait au Québec. On y observe une proportion de 10,8% de jeunes présentant une consommation à risque et de 5,2% une consommation problématique (Bordeleau et Perron, 2003). Ces données sont préoccupantes, particulièrement lorsque l'on considère les multiples problématiques qui peuvent être associées à la consommation : conduite avec facultés affaiblies, vols, prostitution, trafic de drogues, agressions, problèmes de santé mentale, suicides, VIH et hépatites (Comité permanent de lutte à la toxicomanie (CPLT), 2003 ; Crome, 2004).

 

 

Activités du programme de recherche

 

Le programme de recherche de la Chaire de recherche du Canada sur les trajectoires d'usage de drogues et les problématiques associées sera mené en partenariat avec le Groupe de recherche et d'intervention sur les substances psychoactives-Québec (RISQ), le Centre international de criminologie comparée (CICC), l'Institut universitaire du Centre jeunesse de Québec et le Groupe de recherche et d'intervention sur l'adaptation psychosociale et scolaire (GRIAPS) de l'UQTR. Parmi les partenaires de ces groupes de recherche, on retrouve la Fédération québécoise des centres de réadaptation publics pour alcooliques et toxicomanes (FQCRPAT), l'Association Québécoise d'Établissements de Santé et de Services Sociaux (AQESSS), l'Association des centres jeunesse du Québec (ACJQ) et les services correctionnels du Canada (SCC) et du Québec (SCQ).

 

L'objectif principal de la programmation consiste à générer des connaissances sur les trajectoires d'usage de drogues, les problématiques associées et les processus de réadaptation des consommateurs afin de permettre aux milieux concernés de développer des stratégies d'intervention efficaces et de favoriser la formation de personnels hautement qualifiés. Cette programmation porte sur des clientèles adolescentes et adultes, incluant les autochtones du Québec et du reste du Canada. En plus de s'intéresser à la population générale, notamment à travers le milieu scolaire, des sous-groupes plus particulièrement touchés par l'usage de drogues seront sollicités : toxicomanes en traitement, personnes judiciarisées (détenues ou non), jeunes de la rue. Ainsi, le programme de la Chaire de recherche du Canada sur les trajectoires d'usage de drogues et les problématiques associées tient compte d'au moins quatre priorités du Cadre national d'action pour réduire les méfaits liés à l'alcool et aux autres drogues et substances au Canada (Santé Canada et CCLAT, 2005)  en étudiant, entre autres, la situation des jeunes, des personnes détenues et des autochtones, incluant ceux du Nord canadien.

 

 

 

Axes de recherche

Références

Communiqué de presse - Journal institutionnel de l'université du Québec à Trois-Rivières  

Article de la revue Energia - Mai 2007, page 12

 

 

 

 


 

[1] Le terme drogue est utilisé dans ce texte comme synonyme de substance psychoactive. Il fait donc référence à l'alcool, au tabac, aux drogues illégales et aux médicaments psychotropes prescrits ou non.

 


Dernière mise à jour | 2018-10-30