Caroline Brière

La littérature, ça ne sert à rien!

On m'a souvent demandé à quoi servirait ma thèse de doctorat parce que, vous savez, la littérature, ça ne sert à rien!
Laissez-moi 180 secondes et je vais tenter de vous prouver que vous avez tort.
Je réalise présentement une thèse de doctorat en études littéraires. En fait, je m’intéresse particulièrement aux romans où le narrateur est un enfant. Vous vous souvenez, le narrateur? Tsé celui qui parle, celui qui raconte l’histoire.
Et dans ces livres où c’est un enfant qui parle, on rencontre une multitude de stéréotypes : des stéréotypes de races, de genre, des stéréotypes liés au statut social, à la profession, au physique. … Vous en connaissez certains : « les noirs sont pauvres », « les filles sont fragiles », « les gros sont paresseux », etc.
Et c’est ici que ça devient non seulement intéressant, mais aussi utile. Oui, oui, à travers la littérature, on en vient à mieux connaitre le monde dans lequel on vit, à démystifier certains mystères que sont, par exemples, les stéréotypes. D’où ça vient, pourquoi on en utilise, qu’est-ce qu’ils nous apprennent sur la société dans laquelle on vit et plus encore, comment les déconstruire.
Comment certains auteurs renversent complètement ces images auxquelles nous sommes habitués ? Et déconstruire les stéréotypes, c’est aussi offrir une autre vision du monde où l’homme noir n’est plus pauvre et la fille n’est plus fragile… Vous me voyez venir n’est-ce pas !? Les questions de racisme et de féminisme, par exemple, s’invitent tout naturellement dans mes études littéraires.  

Qui plus est, si les narrateurs-enfants sont sujets à reconduire de multiples stéréotypes, ils ont une autre chose en commun : ils sont souvent en quête d’identité.  Ils se cherchent, se questionnent, se demandent d’où ils viennent et où ils vont dans un monde qu’ils peinent à comprendre. La question identitaire est effectivement centrale dans ce type de romans et elle me permet d’aborder, par le fait même, l’identité culturelle dans le Québec contemporain. Qu’est-ce qui définit le narrateur en tant que Québécois, qu’est-ce qui le différencie des autres personnages, africains par exemple?

Ainsi, et j’espère avoir réussi à vous le démontrer, une thèse doctorale en littérature permet de rendre compte du monde dans lequel on vit, que ce soit au travers des stéréotypes présents dans les romans ou de l’identité culturelle du narrateur. Bref, la littérature a franchement sa place dans les études universitaires.

Directrice de recherche: Hélène Marcotte