Services aux étudiants

La page que vous tentez d'atteindre n'existe plus
SVP veuillez corriger vos signets

Ce site sera définitivement
supprimé le :
30 octobre 2019

Consulter le nouveau site : https://www.uqtr.ca/sae

Service de psychologie

Les relations de couple

Le Service de psychologie publie régulièrement, dans le cyberjournal En tête, de courtes chroniques portant sur différents thèmes en psychologie. Vous trouverez dans cette section certaines de ces chroniques s'adressant à la communauté universitaire. Vous pouvez aussi consulter d'autres chroniques publiées antérieurement en cliquant sur le lien suivant ;

http://www.uqtr.ca/resultats_recherche.shtml?q=avis+psychologique

Bonne lecture!

Chroniques - Relations de couple

Réflexions sur les relations de couple

Réflexions sur les relations de couple

Collaboration de Julie St-Arnaud, consultante en psychologie

La période de la St-Valentin est passée et a sûrement suscité réflexions et réactions chez bon nombre d'entre nous. En fait, une relation amoureuse repose sur bien plus que du romantisme et des trucs pour raviver la flamme et demande qu'on s'y attarde avec soin. Qu'est-ce qui nourrit véritablement une relation amoureuse et lui permet de durer, de manière satisfaisante pour les deux partenaires?

Le secret se trouve en grande partie dans l'adoption de certaines attitudes constructives,
dont voici quelques exemples

Une vision d'ensemble

Malgré les conflits et frustrations inévitables qu'engendre la vie de couple au quotidien, il est important de garder en tête la totalité de la relation, avec tous ses souvenirs et ses expériences passés, autant que son présent et ses projets d'avenir. Cette trame de fond, l'histoire de la relation, entraîne un sentiment de satisfaction et un point d'appui dans les moments difficiles.

La capacité de communiquer

Communiquer de manière authentique (que ce soit en paroles, gestes, silences, humeurs ou comportements) est une grande force à développer au sein du couple. Ainsi, le fait d'exprimer ses émotions, de définir les problèmes et de trouver des compromis permet au couple de créer un territoire commun où chacun a le droit de bâtir et d'apporter sa contribution.

La sexualité comme langage

La sexualité est un des domaines où les différences individuelles sont les plus importantes, que ce soit par rapport au mode d'expression, à l'intensité du désir, au rythme, etc. Il est donc essentiel de chercher un terrain d'entente tout au long de la relation, car deux partenaires ne peuvent toujours ressentir les mêmes désirs aux mêmes moments. Il faut donc tenter de trouver une façon de faire satisfaisante pour son couple, qui est unique, plutôt que de se comparer à la « normalité » (notre entourage, des écrits sur le sujet, etc.).

La capacité de se remettre en question et de changer

Afin de résoudre des problèmes relationnels, il ne suffit pas de chercher ce que l'autre doit changer, il faut également porter un regard sur soi, puisque le conflit se joue à l'intérieur d'une dynamique entre deux personnes. Une attitude défensive dans laquelle on refuse de changer, par crainte de donner raison à l'autre, a généralement pour effet d'accentuer le problème.

Conserver une certaine distance

Il est essentiel de conserver sa propre identité afin de vivre harmonieusement l'intimité avec l'autre. Se garder du temps à soi pour réfléchir, ressentir ce qui nous arrive, prendre des décisions, permet que l'espace du couple n'envahisse pas l'espace individuel. Ainsi, pour bien se retrouver, il faut se donner la chance de s'ennuyer de l'autre.

En conclusion, personne n'est impuissant face à l'évolution de sa relation amoureuse. Il s'agit avant tout d'y mettre de la volonté.


* Cet article est basé sur le livre « La dynamique amoureuse : entre désirs et peurs », de Rose-Marie Charest, aux Éditions Bayard Canada (2008).

(Re)tomber amoureux

(Re)tomber amoureuxi

Collaboration de Josiane Fournier, consultante en psychologie

La Saint-Valentin est considérée comme la fête de l'amour et de l'amitié. Il existe un stéréotype largement reconnu concernant cette période de l'année. D'une part, on s'imagine les couples qui se manifestent leur amour de manière explicite et romantique. D'autre part, on retrouve les individus célibataires qui rêvent de s'impliquer dans une relation amoureuse. Enfin, on observe les cœurs brisés, désintéressés de l'amour et qui se moquent des adeptes du 14 février. Cet article ne traite d'aucune des catégories nommées ci-dessus, il s'adresse à ceux qui ont vécu l'amour et qui sont au cœur de leur cheminement post-relation : comment retomber amoureux ? Voici certaines pistes de réflexion :

Le fait d'avoir envie de vivre une relation amoureuse ne signifie pas que nous sommes prêts pour autant à retomber amoureux et à entreprendre une nouvelle relation de couple. Il faut avoir fait le deuil de la relation précédente, afin de nous ouvrir à un nouveau partenaire. Le processus de deuil comporte l'expression de nos émotions, le renoncement à la satisfaction de nos besoins au sein de cette relation et l'acceptation de la séparation.

Quelles sont mes émotions face à ma relation précédente (tristesse, culpabilité, rejet, colère, ambivalence, déception, reconnaissance, amour, fierté, etc.) ?  

L'objectif de la rencontre amoureuse est de susciter une nouvelle dynamique relationnelle et affective dans notre vie. Attention aux éléments qui rappellent plus ou moins une figure de notre passé, ce n'est pas nécessairement un signal positif.  

Pour quels motifs mes relations passées n'ont-elles pas fonctionné ?

Il est pertinent de définir qui nous sommes et ce que nous recherchons dans une relation, c'est-à-dire identifier nos attentes et nos limites. Il faut toutefois accepter de sortir de notre zone de confort, diminuer notre besoin de contrôle et éviter de se fixer des objectifs irréalistes.

  • Pourquoi ai-je envie d'une relation ?
  • Qu'est-ce que je recherche chez un partenaire ?
  • Quel type de projet ai-je envie de partager (je cherche à rencontrer ou à construire) ?

Le jeu de séduction est attirant et stimulant pour les personnes célibataires. Plus souvent qu'autrement, il vise à nous redonner confiance en nos propres moyens. Par contre, il ne faut pas perdre de vue que la rencontre amoureuse implique nécessairement l'exploration et le risque de déplaire. Il faut donc apprendre à nous aimer nous-mêmes avant de chercher quelqu'un qui tombera amoureux de nous.

En somme, le processus post-relation oscille entre la peur, la vulnérabilité et le désir. Osons aimer de nouveau en respectant notre propre rythme. Maintenant que nous avons vécu l'amour et le deuil d'une relation, retenons que « toute rencontre amoureuse n'est que le point de départ d'une expédition à la recherche d'un bonheur qui ne sera jamais définitivement acquis »ii et qui ne repose pas exclusivement sur l'autre.

Opération communication

Opération communication

Collaboration de Josiane Fournier, consultante en psychologie

Avez-vous déjà remarqué à quel point la communication est omniprésente dans la vie quotidienne ? En effet, chaque fois que nous discutons avec un ami ou notre conjoint, que nous posons une question à un professeur ou même lorsque nous envoyons un message texte, nous communiquons. Le point commun de toutes ces situations de la vie courante est la présence d'un émetteur, d'un message et d'un récepteur. L'action de communiquer peut être spontanée, stressante, libératrice, désorganisée, stimulante ou agressive. Bref, la communication est une activité complexe, qui a un impact direct sur la qualité de vos relations interpersonnelles et sur votre sentiment de compétence personnelle. Voici 3 étapes faciles qui ont pour but de vous accompagner dans le développement de votre capacité à communiquer de manière efficace et positive.

1 - Évaluez votre capacité à communiquer

Cette première étape vise un travail d'autoévaluation face à votre capacité actuelle à communiquer. Il est important de garder en tête que l'action de communiquer comporte deux volets distincts : l'émission (parler) et la réception (écouter). Certaines personnes ont de la difficulté à formuler leurs idées, tandis que d'autres ont du mal à porter attention à leur interlocuteur. Les questions suivantes peuvent vous aider à évaluer votre capacité à communiquer :

  • Êtes-vous en mesure d'exprimer vos opinions, vos émotions et vos désaccords aux gens qui vous entourent (amis, famille, professeurs, collègues, conjoint) ?
  • À la fin d'une conversation, êtes-vous capable d'identifier le contenu principal du message de votre interlocuteur (ses besoins et ses demandes) ?

2 - Le récepteur

Le fait d'avoir une grande aisance dans le rôle d'orateur n'est pas synonyme d'une communication positive. La communication positive repose sur le principe d'échange au sein d'une dyade, d'une triade ou d'un groupe. Il est donc essentiel de reconnaître l'autre dans le processus de communication. Voici quelques trucs pour vous montrer disponible à votre interlocuteur :

  • Soyez attentif à l'autre au moment présent. Trop de personnes font l'erreur de n'écouter qu'à moitié et ont l'impression qu'écouter les autres est une perte de temps. En fait, plus vous consacrez de temps aux autres, plus ceux-ci seront disposés à écouter ce que vous aurez à leur proposer.
  • Acceptez l'autre tel qu'il est et les émotions qu'il déclenche en vous. Si vous ressentez des émotions négatives envers l'autre (culpabilité, colère, impatience, etc.) et que vous n'êtes pas en mesure de les identifier, vous aurez de la difficulté à manifester de l'empathie.

3 - L'émetteur

Afin de s'assurer d'une communication efficace et positive, il est impératif de préparer soigneusement le message à transmettre, en s'assurant qu'il s'adresse spécifiquement à votre interlocuteur et qu'il suscite son attention. Parler au « je », en termes de sentiments ou d'émotions, permet aussi de formuler une demande et non pas un reproche. Bien entendu, il est nécessaire que vous soyez en mesure de prendre conscience de vos besoins et que vous vous donniez le droit de les exprimer afin de, tout d'abord, préparer votre message et, ensuite, le transmettre aux autres

Chercher l'amour sur les sites de rencontre

Collaboration de Julie St-Arnaud, consultante au Service de psychologie des SAE

À l’ère moderne, avec notre rythme de vie effréné, il est tentant, voire inévitable, de chercher l’amour sur les sites de rencontre. Un sondage Léger Marketing[1] mené en 2011 indiquait en effet que le quart des Canadiens avaient déjà fréquenté un site de rencontre dans leur vie. Afin d’utiliser judicieusement cet outil, voici certains avantages, inconvénients et conseils à prendre en considération.

Tout d’abord, il y a plusieurs aspects positifs aux rencontres en ligne! Cela peut faciliter la découverte de points communs. On peut y rencontrer des personnes intéressantes qui n’habitent pas à proximité ou qui ne fréquentent pas les mêmes endroits que nous. Aussi, cela permet de faire une sélection de personnes selon nos critères et priorités (ex. une personne sans enfant, niveau de scolarité, apparence physique, etc.). Cependant, ce système de rencontre est une arme à double tranchant. Cela diminue la spontanéité (moins de surprise, inquiétude, ou stress d’aborder l’autre) et l’aspect unique de chaque personne, étant donné la quantité de choix à notre portée. Souvent, les utilisateurs regardent les profils comme des pedigrees plutôt que comme des êtres humains. On peut commencer à voir les rencontres comme un produit de consommation. De plus, l’anonymat d’Internet, le désir de plaire peuvent inciter les gens à mentir sur leur vie ou sur leurs intentions. Finalement, ces sites peuvent amener les gens à rechercher un idéal inatteignable et à devenir critiques au point d’être toujours insatisfaits et de rejeter les candidats les uns à la suite des autres. 

Aussi, avant de se lancer dans le cyberespace à la recherche de l’amour, vaut mieux suivre ces conseils afin que l’expérience soit la plus positive possible. Tout d’abord, être attentif aux faux profils et aux tentatives d’hameçonnage (ex. : fraude bancaire). Ne pas tout dévoiler de soi sur son profil, car il est important de garder le plaisir de se découvrir mutuellement, et également par mesure de sécurité. Mettre une photo actuelle de soi, afin de ne pas créer de fausses attentes et démontrer qu’on s’aime comme on est. De plus, cela permettra de rencontrer quelqu’un qui nous aimera également pour ce qu’on est dans le présent. Ne pas craindre de prendre l’initiative d’écrire en premier, car souvent l’autre personne est aussi gênée que nous de faire les premiers pas. Rencontrer la personne face à face sans trop attendre, car c’est vraiment la rencontre qui détermine si on veut poursuivre la relation (par écrit, on a le temps de penser à ce qu’on va dire ou à ce que l’autre veut entendre). Prévoir la rencontre dans un lieu public et informer un proche de nos projets est aussi une bonne mesure de sécurité. Finalement, limiter le temps qu’on passe sur les sites de rencontre, car cet outil n’est pas magique ni infaillible. Il est important de varier nos méthodes de rencontre et d’avoir une vie sociale dans le monde réel.

Au final, cela demande beaucoup de patience, de courage et une bonne estime de soi pour prendre le risque de faire des rencontres, peu importe le moyen utilisé. Parfois on peut vivre plusieurs rejets ou déceptions. Il faut donc rester attentif à préserver notre bien-être psychologique, notre optimisme et nos valeurs dans ce processus. Afin de développer et préserver son estime de soi, on doit s’assurer de garder un équilibre dans notre vie et d’investir temps et énergie dans d’autres sphères, comme la carrière ou les études, des loisirs, des passions et autres activités. L’équilibre permet de ne pas centrer sa valeur uniquement sur le fait d’être en couple ou non. Il faut rester à l’écoute de nos émotions et respecter notre rythme (par exemple : attendre d’avoir digérer une expérience de rencontre décevante avant de s’intéresser à un nouveau candidat). Et surtout, partager et parler de nos expériences à des proches ou à un professionnel est le meilleur moyen de prendre du recul et de ne pas oublier le fameux dicton : « Mieux vaut être seul que mal accompagné »!



[1] http://www.protegez-vous.ca/loisirs-et-famille/sites-de-rencontres-amour-pieges-et-conseils.html

Pour nous joindre

Sylvie Robidoux-web(1) (2)

Sylvie Robidoux
Psychologue
1261, Albert-Tessier
819 376-5011, poste 6056

photo Catherine Dugas-Fortin

Catherine Dugas-Fortin
Psychologue
1261, Albert-Tessier
819 376-5011, poste 6056
Annie Lacharité100x125
  Secrétaire
  1261, Albert-Tessier,
  819 376-5011, poste 6056

 

Consultant(e)s

Myriam Côté
819 376-5011, poste 6056

Jean-Martin Bernier
819 376-5011, poste 6056

Heures d'accueil

Lundi au vendredi : 

8 h 30 à 12 h 00
13 h 30 à 17 h 00

Pour nous joindre

819-376-5011, poste 6056

1-800-365-0922, poste 6056

service.psychologie@uqtr.ca

Services aux étudiants

Pavillon Albert-Tessier, local 1275
Courriel : sae@uqtr.ca
Téléphone : 819 376-5011, poste 2501
Sans frais : 1 800 365-0922
Télécopieur : 819 376-5046

 uqtr.ca/SAE
logo UQTR