LRMACS
Laboratoire de Recherche sur la Motivation et l'Autorégulation des Comportements de Santé

Axes de recherche

1 - Processus motivationnels

Selon Vallerand et Thill (1993), la motivation représente le construit hypothétique utilisé pour décrire les forces internes et/ou externes produisant le déclenchement, la direction, l'intensité et la persistance du comportement dirigé vers un but. Il existe plusieurs théories permettant de mieux comprendre et de mieux expliquer la motivation, cependant nos travaux de recherche portent essentiellement sur la théorie de l'autodétermination (Deci & Ryan, 2000). Selon la théorie de l'autodétermination, trois besoins psychologiques sont à la base de la motivation humaine, soit le besoin d'autonomie, le besoin de compétence et le besoin d'appartenance ou d'affiliation sociale. Lorsque ces trois besoins sont satisfaits, la motivation de l'individu est plus «autonome» (c.-à-d. que le comportement est effectué par plaisir ou par choix) alors que lorsque ces trois besoins sont brimés, la motivation est plus «contrôlée» (c.-à-d. que le comportement est effectué en fonction de pressions internes ou externes). En s'appuyant sur la théorie de l'autodétermination, nos recherches cherchent notamment à vérifier comment la motivation autonome aide les individus à autoréguler leurs comportements ainsi qu'à atteindre leurs objectifs de santé (p. ex., pratique de l'activité physique).

 

2 - Stratégies d'autorégulation

Lorsqu'il s'agit de changer leurs habitudes et d'atteindre un objectif de santé (p. ex., pratique plus régulièrement l'activité physique), les gens font généralement preuve de bonnes intentions. Par contre, beaucoup d'entre eux ont de la difficulté à effectuer les comportements requis pour atteindre leurs objectifs de santé. Il semble donc que l'intention ne prédise pas nécessairement le passage à l'action. Cette difficulté soulève un point essentiel, soit le manque d'autorégulation lorsqu'il s'agit d'atteindre un objectif de santé. La capacité à s'autoréguler peut être définie comme l'aptitude d'un individu à exercer un contrôle sur ses comportements afin d'atteindre ses objectifs et ce, malgré les distractions auxquelles il est confronté (Mischel et al., 1996). Au cours des dernières années, les chercheurs ont démontré que certaines approches théoriques se révélaient très utiles à la compréhension des facteurs impliqués dans l'autorégulation des comportements requis afin d'atteindre un objectif de santé. Parmi elles, la théorie de l'implantation des intentions (TII, Gollwitzer, 1999) et la théorie du processus du comportement de santé (HAPA, Schwarzer, 1992). En s'appuyant sur ces deux théories, nos travaux étudient le rôle des plans d'actions (planifier comment, quand et où le comportement sera pratiqué) et des plans d'ajustement (identifier les obstacles potentiels à la pratique du comportement et les moyens pouvant être utilisés pour contourner ces distractions) dans la capacité des gens à initier et à maintenir les comportements requis pour atteindre certains objectifs de santé, dont plus particulièrement la pratique régulière de l'activité physique.

 

3 - Fonctionnement optimal / bien-être psychologique

Au cours des dernières années, la façon de définir le bien-être psychologique (BEP) et les processus qui en favorisent l'atteinte a fait l'objet d'un débat important. Malgré cette dissension théorique, il est possible de dégager deux perspectives associées à la définition du BEP, soit l'approche hédonique qui étudie le BEP sous l'angle du bonheur, des émotions positives et de la satisfaction de vie et l'approche eudémonique qui décrit le BEP en termes de fonctionnement optimal et de réalisation de soi. Compte tenu de l'apport unique de chacune de ces deux approches, il est suggéré de concevoir le BEP comme un construit multidimensionnel représentant ces deux aspects. Nos recherches explorent l'impact de la motivation autonome (et contrôlée) sur le BEP de type eudémonique et hédonique, qu'il s'agisse de la motivation sous-jacente à la réalisation de différentes activités (p. ex., étudier, travailler, pratiquer des loisirs) ou encore de la motivation associée à la poursuite d'objectifs personnels.

 

 

 

 

 
Dernière mise à jour | 2017-06-20