Qué-fran
Français québécois - français général

Projet subventionné par
le Bureau de la réussite étudiante (BRÉ)
de l'Université du Québec à Trois-Rivières

 

« [...] Pour empêcher l'erreur ou la diminuer le plus possible, c'est par l'entraînement, la connaissance et la répétition.
La même chose que vous dirait un athlète olympique, un chirurgien [...]
 »
Julie Payette, astronaute québécoise, émission télévisée "Les années Derome", Radio-Canada, décembre 2009.

 

FRANÇAIS QUÉBÉCOIS - FRANÇAIS GÉNÉRAL 

VEUILLEZ CLIQUER SUR L'ONGLET « MOTS » EN HAUT À GAUCHE POUR ACCÉDER À LA LISTE
(Après avoir bien pris connaissance de tous les mots, exercez-vous avec des textes à la lettre Z.)

Aux personnes qui doivent passer le test TECFEE (Test de Certification en Français Écrit pour l'Enseignement)
Aux personnes de l'espace francophone canadien et à tous les francophiles qui désirent améliorer leur maîtrise de la langue française

 

Les 142 points de langue de ce site ont pour objectif général de présenter les rapports du français québécois au français général de manière à faciliter les choix de mots et d'expressions lors de la rédaction. Ils ont aussi pour but de donner une formation de base aux personnes qui devront se prononcer sur tout problème de langage qui leur sera soumis par les élèves ou le grand public.

Le jeune scripteur étudiant est souvent en difficulté quand il s'agit de produire des textes de niveau normé. 

« Niveau normé » ou « français normé » signifie « français écrit ». Nous utilisons indifféremment les deux termes. On sait que le français écrit est soumis à des règles très strictes ( la norme orthographique et lexicale). L'ignorance de ces règles déclenche une sévère réprimande... 

Nous pouvons illustrer notre propos par des exemples de la langue parlée comme: 

  • être mieux de = avoir mieux fait de
  • s'objecter = objecter (ou faire objection, ce verbe n'existant pas à la voix pronominale)
  • moins pire = moins grave
  • au pire aller = au pis aller 
  • en tout et partout = en tout et pour tout  

ou bien encore le terme « cheap » dans des contextes comme:  

  • J'ai logé dans un motel cheap. = J'ai logé dans un motel médiocre, quelconque.
  • Le tourisme cheap ne paie pas. =  Le tourisme bas de gamme ne paie pas.
  • Il est trop cheap pour être généreux avec ses amis. = Il est trop mesquin, avare, étroit d'esprit pour être généreux avec ses amis.

On trouve aussi par exemple, selon les contextes, les cas de:

  • tannant = assommant, fatigant, espiègle, remuant
  • magané = maltraité, endommagé, détérioré, usé
  • toffer = endurer, supporter, tenir bon, ne pas lâcher

Il faut toutefois prudemment distinguer entre d'une part les termes critiqués et d'autre part les canadianismes et québécismes de bon aloi, qui sont tout à fait acceptables au niveau normé familier comme « fin de semaine, motoneige » ou bien  « barguigner », « magasiner », même si ces derniers ont comme correspondants communs « marchander, faire des courses ».

Les scripteurs étudiants ignorent fréquemment comment trouver la référence exacte quand il s'agit de produire l'équivalent normé d'un terme courant de la langue quotidienne, au point que ce terme quotidien se trouve parfois à être utilisé, mais encadré de guillemets comme signe de prudence, dans un texte écrit de niveau recherché où il n'aurait évidemment pas sa place.

Le site web a pour objectif spécifique de répertorier les mots qui sont source de confusion entre le français québécois parlé et le français normé. L'objectif tiendra compte également de l'emploi critiqué et de l'emploi accepté des canadianismes et québécismes. Le corpus d'exemples est établi à partir des ouvrages suivants:

  • Yvon Delisle, Mieux dire, Mieux écrire, Septembre éditeur, 2015, 6e édition. (ouvrage recommandé)
  • François d'Apollonia, Le petit dictionnaire des québécismes, Éditions de l'Homme, 2010.
  • Lionel Meney, Dictionnaire québécois - français,  éditions Guérin, 2003. (ouvrage recommandé) 
  • Camil Chouinard, 1300 pièges du français parlé et écrit, Libre expression, 2001.
  • Marie-Éva De Villers, Multidictionnaire de la langue française, Québec-Amérique, 2018. (ouvrage recommandé)
  • Gastong Dulong, Dictionnaire des canadianismes, Larousse, 1989.
  • Jacques Laurin, Le bon mot, Éditions de l'Homme, 2001. 
  • Robert Dubuc, Au plaisir des mots, Linguatech, 2008.
  • Jacques Beauchesne, Dictionnaire des cooccurrences, Guérin, 2001.
  • Collectif, Grand Duide des cooccurrences, 2012. (ouvrage recommandé)
  • Jean-Claude Boulanger, Alain Rey, Dictionnaire québécois d'aujourd'hui, DicoRobert,1992.
  • Dictionnaire du français Plus, à l'usage des francophones d'Amérique, CEC, 1987.
  • Jean Beaudot,Fréquences d'utilisation des mots en français écrit contemporain, Presses de l'Université de Montréal, 1992.

Nos remerciements les plus vifs à Catherine Fleurent d'avoir participé, avec enthousiasme et compétence, au développement du contenu de ce site web.

André Bougaïeff
Professeur
Département de Lettres et communication sociale
Université du Québec à Trois-Rivières

Courriel: andre.bougaieff@uqtr.ca

Site web: www.uqtr.ca/bougaief

Juillet 2011 

Nombre d'accès : 4067
Dernière mise à jour | 2020-01-27