Rive
Tout sur le Lampsilis

Son nom : Le lac Lampsilis, le sixième Grand Lac!

. . . o LacLampsillisIl y a un peu plus de 8000 ans, les basses terres du Saint-Laurent étaient occupées par la mer de Champlain. Durant les derniers épisodes de cette invasion marine, le niveau de la mer de Champlain est descendu sous le niveau de l'étranglement du fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Québec. La mer s'est alors transformée en un immense lac d'eau douce appelé lac Lampsilis, ainsi nommé en l'honneur d'une variété de moules d'eau douce qui l'habitait. Le lac Lampsilis, qui noyait une immense étendue allant approximativement de Kingston à Québec, constituait donc l'équivalent d'un sixième Grand Lac ayant une superficie similaire à celle des lacs Ontario et Érié.

Les moules Lampsilis

. . . o LampsillisclamsAujourd'hui, ces jolies moules à coquille nacrée sont menacées par la dégradation de leur habitat, la pollution et l'invasion de la moule zébrée. Certaines espèces de Lampsilis présentes dans le fleuve sont maintenant officiellement considérées comme étant en danger d'extinction. On a attribué le déclin de ces moules à plusieurs facteurs, dont la perte d'habitats suite à la construction de barrages ainsi que la pollution causée par le lessivage des terres agricoles, les industries, les services publics et le ruissellement des eaux pluviales provenant des routes. Les moules Lampsilis représentent donc des espèces sentinelles nous informant sur l'état de santé du fleuve, une préoccupation que partagent certainement les chercheurs et le grand public.

Une réalisation québécoise inter-universitaire

Les coûts de conception, de construction et d'appareillage du Lampsilis, qui s'élèvent aujourd'hui à plus de $ 4 millions, ont été assumés par plusieurs organismes fédéraux et provinciaux. La Fondation canadienne pour l'innovation ainsi que le Gouvernement du Québec ont contribué chacun à 40% de ce projet. Des appuis financiers cruciaux venant de la Fondation de l'Université du Québec à Trois-Rivières, de la Ville de Trois-Rivières et de plusieurs fournisseurs ont aussi permis au Lampsilis de voir le jour. . . . o Lampsillis02Le projet a été soumis par un consortium de chercheurs en écologie aquatique provenant d'universités et d'instituts de recherche québécois (Université du Québec à Trois-Rivières, Université du Québec à Montréal, Université de Montréal, Université Laval, Université McGill, Institut national de recherche scientifique - Eau, Terre et Environnement). Le projet a été initié et piloté par les membres du Groupe de recherche sur les écosystèmes aquatiques (GREA) de l'UQTR (Gilbert Cabana, Jean-Jacques Frenette, Hélène Glémet, Marco Rodríguez) sous la direction de Pierre Magnan. L'UQTR est propriétaire et responsable des opérations du Lampsilis.

 

Construction et Gestion
. . . o Lampsillis03Le Lampsilis a été conçu par une firme d'architectes de Québec, en consultation avec les membres du GREA et des chercheurs du consortium universitaire. Le navire a été construit en 2003 et 2004 par le Chantier Naval de Matane inc. Le Lampsilis est actuellement opéré par la Corporation REFORMAR.

 

Le Lampsilis a été construit à l'aide de fonds publics. Nous sommes donc tous un peu propriétaires de ce navire de recherche tout à fait unique et à la fine pointe de la technologie. Faites donc une visite virtuelle du Lampsilis! Sa légèreté (et donc son faible tirant d'eau), sa rapidité, sa manœuvrabilité ainsi que sa grande polyvalence expliquent pourquoi le Lampsilis est unique parmi la flotte des navires de recherche du système des Grands Lacs et du Saint-Laurent.
. . . o Lampsillis04

 

Construit entièrement en aluminium, le Lampsilis, a un tirant d'eau de seulement 90 cm. Il peut donc explorer sans risque les zones de très faible profondeur qui sont inaccessibles aux navires de recherche monocoques traditionnels, qui ont des tirants d'eau plus grands. Plus un navire est long, plus grand est son tirant d'eau. Comparez le tirant d'eau du Lampsilis avec ceux des nombreux navires de recherches qui sillonnent les Grands Lacs. Comme les chercheurs aiment bien le dire, un graphique vaut mille mots! Le Lampsilis peut donc fureter dans les zones littorales non seulement du fleuve lui-même, mais aussi dans les herbiers des lacs fluviaux comme ceux des lacs Saint-François, Saint-Louis et Saint-Pierre. Autre caractéristique intéressante du Lampsilis! Le dessous des coques est renforcé pour permettre l'échouage du navire en zones sablonneuses peu profondes.. . . o Lampsillis05

Le Lampsilis est propulsé par deux turbines externes orientables. Non seulement ceci lui permet de se déplacer rapidement et de couvrir plusieurs endroits dans un court laps de temps, mais aussi d'avoir une manœuvrabilité exceptionnelle.

 

 

Faites le tour du proprio!

Des plate-formes latérales amovibles permettent d'immerger divers instruments scientifiques. Par exemple, une multisonde enregistre des données de température, de salinité, d'oxygène et de turbidité à différentes profondeurs. D'autres instruments plus sophistiqués comme un spectroradiomètre, couplé à un appareil mesurant la lumière incidente, servent à caractériser les propriétés optiques plus complexes de l'eau.

. . . o Lampsillis06 . . . o Lampsillis07 . . . o Lampsillis08
. . . o Lampsillis09 . . . o Lampsillis10 . . . o Lampsillis11

Des treuils permettent de descendre des bouteilles pouvant échantillonner de l'eau à n'importe quelle profondeur (ex. type Go-Flo). Les plate-formes latérales ainsi que la plate-forme arrière servent aussi à plonger des bennes pour l'échantillonnage de sédiments. Toutes ces mesures et prises d'échantillons sont couplées à l'enregistrement de coordonnées GPS en continu. Un système de pompage permet aussi d'amener l'eau dans le laboratoire humide aux fins d'analyses en continu.

 

. . . o Lampsillis13 . . . o Lampsillis15 . . . o Lampsillis19
. . . o Lampsillis17 . . . o Lampsillis21

. . . o Lampsillis22Le zooplancton, qui est constitué de petits organismes se nourrissant principalement d'algues microscopiques, est une composante importante de la chaîne alimentaire du fleuve Saint-Laurent et des Grands Lacs. Le tambour principal du pont arrière sert à déployer des filets à zooplancton à des profondeurs déterminées. Plus haut dans cette chaîne alimentaire on trouve bien sûr les poissons et le Lampsilis est particulièrement bien équipé pour les échantillonner. Un grand chalut de fond est utilisé pour capturer les espèces vivant sur le fond en zone profonde. Une version plus petite de ce chalut a été testée avec succès dans le lac Saint-Pierre, à des profondeurs aussi faibles que 1 mètre. Un filet pélagique, aussi déployé à partir de l'arrière du Lampsilis, permet la capture de poissons vivant dans la colonne d'eau, comme l'éperlan. Tous ces appareils permettent donc aux scientifiques d'étudier les propriétés physiques et chimiques de l'eau, ainsi que les algues à la base de la chaîne alimentaire, le zooplancton, les poissons et autres organismes vivant dans la colonne d'eau, sur le fond et dans les sédiments. Durant les missions scientifiques, tous les échantillons et éléments d'information sont traités et analysés dans les laboratoires secs et humides du Lampsilis.

Le laboratoire sec, situé à l'arrière bâbord sert surtout au traitement informatique des données à l'aide de micro-ordinateurs. Le laboratoire sec est aussi muni d'un congélateur à -80 °C.

. . . o Lampsillis23 . . . o Lampsillis24 . . . o Lampsillis25
. . . o Lampsillis26 . . . o Lampsillis27 . . . o Lampsillis28

Le laboratoire humide, comme son nom l'indique, sert à la manipulation d'échantillons d'eau, de sédiments et d'organismes. Ce laboratoire, situé à tribord en face du laboratoire sec, comprend un évier, un réfrigérateur/congélateur ainsi qu'une hotte. Durant certaines missions, le laboratoire humide sert surtout à des manipulations d'échantillons d'eau alors qu'à d'autres occasions, cette section est réservée à la mesure et au dénombrement d'organismes comme le zooplancton et les poissons.

. . . o Lampsillis30 . . . o Lampsillis31 . . . o Lampsillis32

Comment vivent les chercheurs et les étudiants à bord du Lampsilis? Certainement à l'étroit mais confortablement! À l'avant du navire se trouve une pièce multifonctionnelle servant de salle à manger et de réunion, mais aussi de dortoir le soir venu. . . . o Lampsillis35Adjacente à cette pièce, se trouve une cuisine comprenant un réfrigérateur, un four conventionnel et un four à micro-ondes. Quatre chambres logeant deux personnes chacune sont situées au milieu du navire, deux d'entre elles étant réservées à l'équipage. Jusqu'à quatre personnes peuvent aussi coucher dans la salle multifonctionnelle sur les lits de camp. Une salle de bain offre les commodités courantes telles que toilette, lavabo et douche.

Au deuxième étage, la plage arrière de la timonerie permet au capitaine de manœuvrer lors des opérations d'échantillonnage.




Dernière mise à jour | 2018-05-01