Verbes pronominaux...et autres
Accord des participes passés

LE PARTICIPE PASSÉ DES VERBES PRONOMINAUX (ET AUSSI LES AUTRES...)

« [...] Pour empêcher l'erreur ou la diminuer le plus possible, c'est par l'entraînement, la connaissance et la répétition.
La même chose que vous dirait un athlète olympique, un chirurgien [...]
»
Julie Payette, astronaute québécoise, émission télévisée "Les années Derome", Radio-Canada, décembre 2009.

 

VEUILLEZ CLIQUER SUR L'ONGLET « ACCORDS » , EN HAUT À GAUCHE,  POUR ACCÉDER À LA LISTE DES 532 VERBES. 

Aux personnes qui doivent passer le test TECFEE (Test de Certification en Français Écrit pour l'Enseignement)
Aux personnes de l'espace francophone canadien et à tous les francophiles qui désirent améliorer leur maîtrise de la langue française

 

Les soixante questions de l'épreuve sur le code linguistique de TECFÉE comportent 26 questions sur l'orthographe grammaticale et la morphologie, dont une partie porte sur les accords des participes passés des verbes. Ce site web vous aidera à mieux connaître le sens de ces accords de participes passés et à les utiliser convenablement dans vos textes écrits, et à l'épreuve du TECFEE. Chaque exemple que vous lirez est suivi d'un chiffre qui renvoie à une règle présentée à la page d'accueil.

Nous vous invitons à parcourir à votre gré ce mini-dictionnaire de 532 verbes pour vous familiariser avec les divers cas d'emploi du participe passé.

Ouvrages consultés pour l'établissement de la liste des cas d'accord du participe passé:

  • Gérard-Raymond Roy et Mario Désilets, Grammaire pour comprendre la phrase et les accords, 2e éd., Les didacticiels GRM, 2005.Voir Le Grammaticiel ci-dessous. 
  • Grevisse Goosse, Nouvelle grammaire française, Éditions de Boeck, 1995.
  • Marie-Éva De Villers, Multidictionnaire de la langue française, Québec Amérique, 2009.
  • Roger Gobbe et Michel Tordoir, Grammaire française, Éditions du Trécarré, 1986.
  • Suzanne-G. Chartrand, et autres, Grammaire pédagogique du français d'aujourd'hui, Chenelière Éducation, 2011.
  • J. Bertrand, Les accords parfaits, Éditions Ville-Marie, Pluriguides Nathan, 1984.
  • Annick Englebert, Accorder le participe passé : Les règles illustrées par l'exemple, Éditions de Boeck, 2007.
  • Annick Englebert, 300 QCM de grammaire française, Éditions de Boeck, 2002.
  • Maurice Grevisse, Savoir accorder le participe passé, Éditions Duculot, 1975.
  • M. Pirot et G. Dupont, L'orthographe du participe passé, Éditions Wesmael-Charlier, 1977.
  • Michelle Payette, Pleins feux sur les participes passés, Éditions Loze-Dion, 1995.
  • Marc Wilmet, Le participe passé autrement, Éditions De Boeck, 1999. 
  • Bénédicte Boudou, L'accord du participe passé, Éditions Hatier, 1995.
  • Noël et Chapsal, Nouvelle grammaire française sur un plan très méthodique, avec de nombreux exercices d'orthographe, de syntaxe et de ponctuation, tirés de nos meilleurs auteurs, Paris, 1854. Voir aussi le corrigé (aujourd'hui introuvable) des Exercices de Noël et Chapsal à cette adresse.
  • Le Grammaticiel présente des capsules sur la question des accords, et l'accord du participe passé en particulier. On y trouve aussi une multitude d'exercices sur l'analyse de phrase pour les établissements d'enseignement et tout enseignant intéressé par ces questions, du primaire à l'université.

Avant de commencer, dansez un instant sur les rythmes endiablés du RAP DES PARTICIPES PASSÉS du cégep de Jonquière à cette adresse

LES PRINCIPALES RÈGLES DE L'ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ

RÈGLE 1. Le participe passé (PP) employé sans auxiliaire s'accorde en genre (masculin ou féminin) et en nombre (singulier ou pluriel) avec le mot auquel il se rapporte. « S'accorder» signifie ajouter au participe passé un «-e» pour indiquer le féminin et un «-s» pour indiquer le pluriel. Il n'y a pas de marque spéciale en français pour indiquer le  masculin ou le singulier.

« Abandonnée par son maître, la chatte de mon voisin erre dans la rue. » Qui est abandonnée? la chatte, accord au féminin, ajout du -e.

« Abandonnées par leur maître, les chattes de mon voisin errent dans la rue. » Qui sont abandonnées? les chattes, accord au pluriel, ajout du -s.

« Abandonné par son maître, le chien de mon voisin erre dans la rue.» Qui est abandonné? le chien, accord au masculin singulier, absence de -e et de -s pour indiquer le masculin singulier. On dit que le masculin est indiqué par une «absence de marque».

RÈGLE 2. Le PP employé avec l'auxiliaire être s'accorde avec le sujet du verbe.

« Ils sont venus hier pour lui remettre son colis. » Venus s'accorde avec ils, masculin pluriel.

« Les étudiantes ont été charmées par les cours de grammaire.» Charmées s'accorde avec étudiantes. Attention, ici c'est le verbe charmer conjugué à la voix passive, donc avec le verbe être, au passé composé de l'indicatif. Il faut bien retenir que «ont été» représente un seul verbe, le verbe être, mais en deux parties. Voir la règle 4 sur la question des trois voix des verbes.

Nous vous recommandons fortement de réviser la conjugaison des verbes être et avoir.

« Les étudiantes de 4e année, ayant été battues dans le match de soccer par des débutantes, étaient découragées.» Battues s'accorde avec étudiantes. Attention, ici c'est le verbe battre conjugué au participe passé composé à la voix passive, donc avec le verbe être, représenté par «ayant été». Voir la règle 4 sur la question des trois voix des verbes et leur influence sur les participes.

« Les étudiantes sont reparties très satisfaites après avoir été reçues par le professeur.» Reçues s'accorde avec étudiantes. Attention, ici c'est le verbe recevoir conjugué à l'infinitif passé à la voix passive, donc avec le verbe être. Voir la règle 4 sur la question des trois voix des verbes et leur influence sur les infinitifs.

RÈGLE 3. Le PP employé avec un verbe copule, on dit aussi verbe d'état (paraître, sembler, devenir, demeurer, rester, avoir l'air, etc.) s'accorde avec le sujet du verbe.

« Toutes les vaches semblaient attirées par l'herbe tendre des champs. »  Attirées s'accorde avec vaches, féminin pluriel.

RÈGLE 4. Le PP employé avec avoir s'accorde en genre et en nombre avec le complément direct (CD) si celui-ci est placé avant (à gauche de) avoir. Pour trouver le CD on pose la question QUI? ou QUOI? après le verbe, comme indiqué ci-dessous.

« Les oranges que mon frère a pelées étaient très bonnes.» Mon frère a pelé quoi? QUE = les oranges.

« Quand j'ai vu ce qu'ils avaient fait, je les ai sermonnés. » J'ai sermonné qui? LES = ils.

« Parmi ces bananes, lesquelles avez-vous achetées?» Vous avez acheté quoi? LESQUELLES =  les bananes.

« Quelles pièces de l'appartement avez-vous peintes aujourd'hui?» Vous avez peint quoi? les pièces de l'appartement.

« J'ignore quelles pièces de l'appartement il a peintes aujourd'hui.» Il a peint quoi? les pièces de l'appartement. Voir la règle 25 concernant cette phrase.

« Celles qu'il a peintes avaient vraiment besoin d'une nouvelle couche de peinture.» Il a peint quoi? CELLES QU'.

« Ces connaissances, vous devez les avoir acquises pour réussir le TECFEE.» Vous devez avoir acquis quoi? LES = ces connaissances.

Attention: ce dernier cas est celui de l'infinitif passé «avoir acquis». cet infinitif comporte un PP, qui peut donc s'accorder lui aussi. Voir ci-après.

Il ya 6 formes d'infinitifs pour la plupart des verbes (et non pas une seule, comme on l'imagine trop souvent...). Cela est dû au fait qu'il existe trois voix pour les verbes: La voix active, la voix passive (importante pour les PP) et la voix pronominale, et que pour chaque voix, il y a deux infinitifs, l'infinitif présent et l'infinitif passé, donc six formes potentielles d'infinitif au total.

Exemple: verbe BATTRE: voix active, infinitif présent «battre», infinitif passé «avoir battu»; voix passive, infinitif présent «être battu», infinitif passé «avoir été battu»; voix pronominale, infinitif présent «se battre», infinitif passé «s'être battu».

Et le problème recommence avec les participes présents, qui peuvent comporter un PP, qui peut s'accorder...

Il ya 3 formes de participes présents pour la plupart des verbes (et non pas une seule, comme on l'imagine trop souvent...) et 3 formes de participes passés composés.

Exemple: verbe BATTRE: voix active, participe présent «battant», participe passé composé «ayant battu» (ne pas le confondre avec le passé composé de l'indicatif tout court...); voix passive, participe présent «étant battu», participe passé composé «ayant été battu»; voix pronominale, participe présent «se battant», participe passé composé « s'étant battu».

Pour trouver absolument toutes les formes de conjugaison de verbes, consultez en ligne le conjugueur du journal français Le Figaro à l'adresse qui suit. C'est l'un des conjugueurs les plus performants du web, plus minutieux même que le Bescherelle.

http://www.leconjugueur.com/frconjonline.php

Les conjugaisons de verbe peuvent être influencées par la nouvelle orthographe. Comme nous ne voulons pas ici ajouter à l'information, nous ne tenons pas compte de la nouvelle orthographe dans notre site web. Toutefois, celle-ci prenant de plus en plus d'ampleur dans la francophonie, nous recommandons aux futurs enseignants de commencer à se renseigner sérieusement sur le sujet en consultant d'une part les sites:

http://www.ccdmd.qc.ca/correspo/Corr10-2/Connaitre.html

http://www.orthographe-recommandee.info/

et d'autre part en lisant attentivement les ouvrages suivants:

Chantal Contant et Romain Muller, Connaitre et maitriser la nouvelle orthographe, Éditions De Champlain, 2005.

Chantal Contant, Grand vadémécum de l'orthographe recommandée, cinq mille pattes sur un nénufar, Éditions De Champlain, 2009.

RÈGLE 5. Le PP employé avec avoir reste invariable si le CD est placé après (à droite de) avoir.

« Ginette a acheté des fraises et des framboises pour son dessert. » ginette a acheté quoi? des fraises et des framboises. PP invariable.

« Combien a-t-elle fait de fautes?» Elle a fait quoi? des fautes. PP invariable.

RÈGLE 6. Le PP employé avec avoir reste invariable si le CD n'existe pas dans la phrase. Voir en bas de page la liste des verbes à PP invariable. Ce sont des verbes soit intransitifs ( pas de CD en général ou pas de CD dans cette phrase particulière), soit transitifs indirects (avec un CI, mais jamais de CD).

« Nous avons agi rapidement pour trouver une solution à notre situation embarrassante.» Pas de CD, PP invariable. On ne peut jamais dire agir quoi? verbe sans CD, verbe intransitif en général.

« Le moteur de ma voiture a subitement arrêté alors que je devais me rendre à un important rendez-vous.» Dans cette phrase, le verbe arrêté n'a pas de CD. Arrêté quoi? rien, pas de CD, donc PP invariable, verbe intransitif dans cette phrase. Le verbe arrêter pourrait toutefois avoir un CD dans une autre phrase (« La voiture que le policier avait arrêtée semblait suspecte.» Accord normal du PP avec que. Le verbe est alors nommé transitif direct).

« A moi, Ginette, il m'a parlé des livres qu'il était en train de lire. » Il a parlé à qui? M' = à moi, Ginette, de quoi? DES LIVRES = de quelque chose. Pas de CD, PP invariable.

« Ginette et Célestine m'ont téléphoné pour me dire qu'elles adoreraient jouer avec les participes passés.» Ginette et Célestine ont téléphoné à qui? M' = à moi. Pas de CD, PP invariable.

RÈGLE 7. Le PP des verbes pronominaux s'accorde avec le CD quand celui-ci est placé avant le (à gauche du) verbe être.

« Elle s'est coupée en préparant le poulet.» Elle a coupé qui? S' = elle.

« Les doigts qu'elle s'est coupés la font beaucoup souffrir. » Elle a coupé quoi?, QU' = les doigts, à qui? S' = à soi.

« Les étudiants ont mangé leur déjeuner après s'être rasés.» Ils ont rasé quoi? S' = les étudiants. (voir la règle 4 pour le cas des infinitifs qui comportent un participe passé).

« Vous vous êtes dissimulés derrière la porte.» Vous avez dissimulé qui? VOUS (le deuxième vous) = vous ( le premier vous), masculin pluriel.

« Elles se sont esclaffées lorsqu'elles ont assisté au spectacle de l'humoriste.» S'esclaffer est un verbe essentiellement pronominal. Accord du PP avec le complément direct SE, qui renvoie à ELLES. 

Nous considérons que le pronom avant le verbe (me, m', te, t', se, s', nous, vous) marque toujours la fonction CD, dans les verbes dits essentiellement pronominaux comme s'absenter, s'accroupir, se désister, se souvenir, s'évanouir, s'esclaffer, s'extasier, s'entrenuire, se pavaner, se ramifier, se rabougrir, se rebeller, etc.

Cela permet d'éviter de faire la distinction traditionnelle entre verbes essentiellement pronominaux et verbes accidentellement pronominaux. Personne ne connaît la liste complète des verbes essentiellement pronominaux.

La grammaire traditionnelle énonce dans ce cas que le PP s'accorde avec le sujet, alors que l'accord se fait toujours par l'intremise du pronom personnel SE, qui joue le rôle d'un complément direct inséré de façon permanente dans le verbe.

RÈGLE 8. Le PP des verbes pronominaux reste invariable si le CD est placé après le (à droite du) verbe être.

« Ils se sont lavé les mains. » Ils ont lavé quoi?, les mains, à qui? SE = à soi.

« Des orteils, elles s'en sont tordu plusieurs en marchant dans la rivière.» Elles ont tordu quoi? plusieurs. Voir aussi la règle 20. Ici, il y aurait en fait deux raisons de ne pas faire l'accord du PP...

RÈGLE 9. Le PP des verbes pronominaux reste invariable si le CD n'existe pas dans la phrase.

« Elles se sont succédé à la tête de l'entreprise familiale. » Elles ont succédé à qui? à SE = CI. Il n'y a pas de CD. J'ai succédé À quelqu'un (après la préposition À, c'est un complément indirect (CI)).

« Elles se sont téléphoné.» Elles ont téléphoné à qui? à SE = CI. Pas de CD. Même raisonnement.

Les verbes qui n'ont que des CI (ces verbes sont employés avec une préposition), et donc pas de CD, ne font pas l'accord: mentir à quelqu'un, nuire à quelqu'un, en vouloir à quelqu'un, plaire (déplaire) à quelqu'un, ressembler à quelqu'un, rire de quelqu'un, suffire à quelqu'un, succéder à quelqu'un, survivre à quelque chose, téléphoner à quelqu'un. « Elles se sont menti, elles s'en sont voulu, elles se sont téléphoné, elles se sont plu, etc.»

Le SE des exemples précédents est un CI , pas un CD, donc le PP ne s'accorde pas. On appelle ces verbes des verbes «transitifs indirects». Il y en a d'autres. Voir la règle 23 pour une liste de verbes avec préposition.

Attention: il y a 2 verbes parler :

1. parler une langue (avec un CD) « Les langues qui se sont parlées dans ce pays étaient très complexes.» SE = CD

2. parler à quelqu'un (avec un CI) « Ginette et Charlotte se sont parlé au téléphone.» SE = CI.

RÈGLE 10. Le PP de certains verbes comme coûter, valoir, peser, mesurer, marcher, courir, vivre, dormir, régner, passer, etc. employé avec avoir reste invariable si le complément répond à la question combien? (Il n'y a donc pas de CD, donc pas d'accord du PP).

« Les quinze minutes que j'ai couru ont passé très rapidement. » j'ai couru combien de temps? 15 minutes. Pas de CD, donc PP invariable.

« Après son régime amaigrissant, Célestine ne pèse plus les 190 livres qu'elle a pesé l'hiver dernier.» Célestine ne pèse plus combien de livres? 190 livres. Pas de CD, donc PP invariable.

« A son âge, Ginette ne mesure plus les 1,80m qu'elle a mesuré quand elle était jeune.» Ginette ne mesure plus combien? 1,80m. pas de CD, donc PP invariable.

« Les trente années qu'elles ont passé en prison les ont marquées.» Elles ont passé combien d'années en prison? trente ans. Pas de CD, donc PP invariable.

RÈGLE 11. Le PP de certains verbes comme coûter, valoir, peser, mesurer, marcher, courir, vivre, dormir, régner, passer, etc. s'accorde avec le CD placé avant le (à gauche du) verbe avoir si le complément répond à la question qui?, quoi?

« Les dangers que j'ai courus sur la route sont maintenant seulement des mauvais souvenirs. » J'ai couru quoi? QUE = les dangers, donc PP s'accorde avec le CD.

« La somme d'argent que l'achat de livre m'a coûtée a diminué mon budget hebdomadaire.» L'achat de livre a coûté quoi? QUE = la somme d'argent, donc PP s'accorde avec le CD. M' = CI.

« Les morceaux de viande que le boucher a pesés étaient difficiles à soulever à cause de leur poids.» Le boucher a pesé quoi? QUE = les morceaux de viande, donc PP s'accorde avec le CD.

« le pont qu'elles ont passé a été construit par les Romains. » Elles ont passé quoi? QU' = le pont, donc PP s'accorde avec le CD.

RÈGLE 12. Le PP des verbes impersonnels (avec pronom « il » qui ne remplace rien) comme il pleut, il neige, il grêle, il fait froid, il faut, il s'agit de, ou employés impersonnellement comme il est arrivé plusieurs incidents sur le Pont Laviolette, reste invariable.

« Les tempêtes tropicales qu'il y a eu ont dévasté la plage. » IL = pronom qui ne renvoie à rien, donc pas d'accord du PP.

« Les chaleurs qu'il a a fait l'été dernier ont jauni les pelouses.» IL = pronom qui ne renvoie à rien, donc pas d'accord du PP.

« Les trombes d'eau qu'il est tombé pendant la tempête ont déclenché ds inondations.» IL = pronom qui ne renvoie à rien, donc pas d'accord du PP.

RÈGLE 13. Les PP dit, dû, cru, su, pu, voulu, etc. restent invariables lorsque leur CD est un infinitif ou une partie de phrase sous-entendue après eux.

« J'ai arraché toutes les mauvaises herbes que j'ai pu [arracher]. » ...arracher quoi? QUE, qui est CD de arracher, pas le CD de ai pu, donc pu ne s'accorde pas.

« Sa maladie est plus grave qu'elle ne l'avait cru.» elle avait cru quoi? QU' = qu'elle était grave. PP invariable. Semblable à la règle 14.

RÈGLE 14. Quand le CD est le pronom personnel neutre l' qui représente une proposition, une partie de la phrase, et signifie cela, le PP reste invariable.

« Cette question est moins difficile que je ne l'avais estimé. » j'avais estimé quoi? L' = qu'elle était difficile, cela. PP invariable.

« L'état de la route est pire que vous ne l'aviez supposé.» vous aviez supposé quoi? L' = qu'elle était pire, cela. PP invariable.

« Ginette est même plus subtile que je ne l'avais imaginé.» j'avais imaginé quoi? L' = qu'elle était subtile, cela. PP invariable.

RÈGLE 15. Le PP employé avec avoir et suivi d'un infinitif s'accorde avec le CD qui précède avoir si le CD fait l'action exprimée par l'infinitif.

« Les bûcherons que j'ai vus travailler ont bien accompli leur tâche. » J'ai vu quoi? QUE = bûcherons; QUE fait l'action de travailler. QUE est CD de voir. Accord du PP avec le CD.

RÈGLE 16. Le PP employé avec avoir et suivi d'un infinitif ne s'accorde pas avec le CD qui précède avoir si le CD ne fait pas l'action exprimée par l'infinitif.

« Les arbres que j'ai vu couper étaient déjà morts. » J'ai vu quoi? QUE = arbres; QUE ne fait pas l'action de couper. QUE est CD de couper, il n'est pas CD de voir. PP reste invariable.

RÈGLE 17. Le PP des verbes pronominaux, suivi d'un infinitif, s'accorde avec le CD si le CD fait l'action exprimée par l'infinitif.

« Ils se sont vus mourir lentement. » Ils ont vu qui? SE = ils; SE fait l'action de mourir; SE est CD de voir. Accord du PP avec le CD.

« Elles ne se sont pas senties défaillir.» Elles ont senti qui? SE = elles; SE fait l'action de défaillir; SE est CD de sentir. Accord du PP avec le CD.

Dans le cas du verbe pronominal avec un PP, suivi lui-même d'un PP et non d'un infinitif, le premier PP s'accorde avec le CD placé avant le verbe être. Ce deuxième PP équivaut à un adjectif ici.

« Ils se sont vus contraints d'abandonner le projet.» Ils ont vu qui? SE = ils. Ils se sont vus comment? contraints.

« Elles se sont trouvées entourées d'ennemis.» Elles ont trouvé qui? SE = elles. Elles se sont trouvées comment? entourées.

«Elles se sont trouvées subtiles d'avoir attendu la fin de l'heure de pointe avant de prendre le départ.» Elles ont trouvé qui? SE = elles. Elles se sont trouvées comment? subtiles.

RÈGLE 18. Le PP des verbes pronominaux, suivi d'un infinitif, ne s'accorde pas avec le CD si le CD ne fait pas l'action exprimée par l'infinitif.

« Ils se sont vu envahir par l'ennemi. » Ils ont vu qui? SE = ils. SE ne fait pas l'action d'envahir. SE est CD du verbe envahir , il n'est pas CD du verbe voir.

RÈGLE 19. Les PP fait et laissé suivis immédiatement d'un infinitif restent toujours invariables.

« Les feuilles, je les ai fait tailler pour que l'arbre soit encore beau longtemps. » Les est CD de tailler.

« La maison que j'ai fait construire a belle allure. » QUE est CD de construire.

« Les remarques qu'elles ont laissé entendre en disaient long sur leur opinion. QUE est CD de entendre.

Le CD ne fait donc pas l'action exprimée par l'infinitif.

RÈGLE 20. Lorsque le pronom personnel en représente le CD, le PP employé avec avoir, ou avec le verbe être dans le cas des verbes pronominaux, reste invariable parce que ce en est neutre et partitif, ce n'est plus alors un vrai CD parce qu'il est précédé de la préposition DE.

LE TRUC: ON NE PEUT PAS SUPPRIMER LE EN ICI! CONSÉQUENCE = PP INVARIABLE!

« Des cerises, j'en ai tant mangé que je suis tombée malade.» EN = de ces cerises.

« Des gens charmants, j'en ai connu! EN = de ces gens.

« J'en ai tant entendu, de ces jérémiades, que je ne les supporte plus! En = de ces jérémiades.

« De tous ces livres dont vous parlez, en avez-vous lu beaucoup? En = de ces livres.

« Voyez ces fleurs, en avez-vous cueilli? » Vous avez cueilli quoi? En = de ces fleurs.

« Des difficultés, certes, j'en ai éprouvé.» Vous avez éprouvé quoi? En = de ces difficultés.

« Des gens pareils, je n'en ai vu que dans des tableaux vénitiens.» Vous n'avez vu que quoi? EN = de ces gens.

« J'ai vu beaucoup de fraises dans le champ derrière chez vous ; en avez-vous mangé? » EN = avez-vous mangé de cela, de ces fraises? Le en n'est pas considéré comme un CD, puisqu'on dit «mangé de cela» et non «mangé cela.»

« Des orteils, elles s'en sont tordu quand elles ont marché dans le ruisseau.» Elles ont tordu quoi? EN = de cela, des orteils. S' = à elles.

« Ces pommes, combien en avez-vous mangé?» EN = de cela, de ces pommes, et non pas ces pommes.

« Des difficultés, certes j'en ai éprouvé en préparant le TECFEE!» EN =  j'ai éprouvé de ces difficultés.

« Des difficultés, certes j'en ai éprouvé un grand nombre en préparant le TECFEE!» Ici, un grand nombre est aussi une autre partie du CD. J'ai éprouvé un grand nombre de ces difficultés.  Donc double raison de ne pas faire l'accord...

« Des orteils, elles s'en sont tordu pendant la marche dans la rivière.» EN = de cela, de ces orteils. S' = à elles.

« Des orteils, elles s'en sont tordu plusieurs pendant la marche dans la rivière.» Ici, plusieurs est aussi une autre partie du CD. Elles ont tordu plusieurs de leurs orteils. Donc double raison de ne pas faire l'accord...

RÈGLE 21. Lorsque le pronom personnel en n'est pas le CD, mais le CI, le PP employé avec avoir s'accorde avec le CD si celui-ci est placé avant le (à gauche du) verbe avoir.

LE TRUC: ON PEUT SUPPRIMER LE EN ICI! CONSÉQUENCE = PP S'ACCORDE AVEC AUTRE CHOSE QUE LE EN!

« Les traductions qu'on en a faites, de ces ouvrages,  sont excellentes.» Nous avons fait quoi? QU' =  les traductions. EN = de ces ouvrages

« Je n'ai pas trouvé cette peinture aussi belle que la description qu'on en avait faite dans le journal.» On avait fait quoi? QU' = la description.

« Voici les nouvelles que nous en avons reçues.» Nous avons reçu quoi? QUE = les nouvelles. EN = de ces personnes.

« Marie est très attachée à Justin et n'oubliera jamais toute l'aide qu'elle en a reçue. » Elle a reçu quoi? QU' = aide. En = de ses amis.

« Les nouvelles que nous en avons eues sont inquiétantes.» Nous avons eu quoi? QUE = nouvelles. EN = de lui, d'elle, d'eux, d'elles.

« Il a vendu un tableau: la somme qu'il en a tirée est coquette.» Il a tiré quoi? QU' = la somme. EN = de ce tableau.

« il s'est servi de l'ordinateur: il apprécie l'aide qu'il en a reçue.» Il apprécie quoi? QU' = l'aide. EN = de l'ordinateur.

RÈGLE 22. Le PP précédé du pronom relatif que est invariable lorsque ce pronom est le CD d'un verbe placé après le participe. Le PP a alors pour complément la partie de phrase qui vient après lui.

« C'est une faveur qu'il a espéré qu'on lui accorderait. » Il avait espéré quoi? qu'on lui accorderait une faveur. Le premier QU', pronom relatif, mis pour «une faveur», est le CD du verbe accorder et non pas le CD du verbe espérer.« Il a espéré qu'on lui accorderait une faveur.» Le deuxième QU', conjonction de subordination, n'a pas de fonction comme le premier QU'.

« Certains voyages que j'avais proposé que nous ferions ensemble ont dû être annulés en raison de l'ouragan.» J'avais proposé quoi? que nous ferions ensemble certains voyages. Le premier QUE, pronom relatif, mis pour «Certains voyages», est le CD du verbe faire et non pas le CD du verbe proposer.« J'avais proposé que nous ferions certains voyages.» Le deuxième QUE, conjonction de subordination, n'a pas de fonction comme le premier QUE.

« Voici la statuette que j'ai pensé que vous aimeriez.» J'ai pensé quoi? que vous aimeriez la statuette. Le premier QUE, pronom relatif, mis pour «la statuette», est le CD du verbe aimer et non pas le CD du verbe penser.« J'ai pensé que vous aimeriez la statuette.» Le deuxième QUE, conjonction de subordination, n'a pas de fonction comme le premier QUE.

RÈGLE 23. Le cas particulier de verbes comme PERMETTRE, PROMETTRE, PERSUADER, PROPOSER et d'autres verbes apparentés, qui introduisent un CD commençant par «que ou qu' + sujet - verbe conjugué» ou par «de ou d' + infinitif».

« Ginette a permis qu'on emprunte sa voiture.» Ginette a permis quoi? qu'on emprunte sa voiture. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette l'a permis.» Ginette a permis quoi? L' = «qu'on emprunte sa voiture.» accord du PP avec le CD avant avoir.

« Ginette a permis à Pierre d'emprunter sa voiture.» Ginette a permis quoi? d'emprunter sa voiture. à qui? à Pierre. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette l'a permis à Pierre.» Ginette a permis quoi? L' = « d'emprunter sa voiture.» à qui? à Pierre. accord du PP avec le CD avant avoir.

« Ginette le lui a permis.» Ginette a permis quoi? LE = «d'emprunter sa voiture.» à qui? à lui. accord du PP avec le CD avant avoir.

« Ginette s'est permis d'emprunter de l'argent de Pierre.» Ginette s'est permis quoi? d'emprunter de l'argent de Pierre. PP invariable. CD placé après être. S' = CI.

« Ginette se l'est permis.» Ginette s'est permis quoi? L' = «d'emprunter de l'argent de Pierre». PP  s'accorde avec CD placé avant être. SE = CI

« Ginette a promis qu'elle serait là pour la fête d'anniversaire.» Ginette a promis quoi? qu'elle serait là pour la fête d'anniversaire. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette a promis d'être là pour la fête d'anniversaire.» Ginette a promis quoi? d'être là pour la fête d'anniversaire. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette l'a promis.» Ginette a promis quoi? L' = «qu'elle serait là / d'être là pour la fête d'anniversaire.» accord du PP avec le CD avant avoir.

« Ginette a promis à Pierre qu'elle serait là pour la fête d'anniversaire.» Ginette a promis quoi? qu'elle serait là pour la fête d'anniversaire. à qui? à Pierre. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette a promis à Pierre d'être là pour la fête d'anniversaire.» Ginette a promis quoi? d'être là pour la fête d'anniversaire. à qui? à Pierre. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette l'a promis à Pierre.» Ginette a promis quoi? L' = «qu'elle serait là / d'être là pour la fête d'anniversaire.» à qui? à Pierre. accord du PP avec le CD avant avoir.

« Ginette le lui a promis.» Ginette a promis quoi? le, mis pour «qu'elle serait là / d'être là pour la fête d'anniversaire.» à qui? à lui. accord du PP avec le CD avant avoir.

« Ginette s'est promis qu'elle serait là pour la fête d'anniversaire.» Ginette s'est promis quoi? qu'elle serait là pour la fête d'anniversaire. PP invariable. CD placé après être. SE = CI.

« Ginette s'est promis d'être là.» Ginette s'est promis quoi? d'être là. PP invariable. CD placé après être (le premier être...). S' = CI.

« Ginette se l'est promis.» Ginette s'est promis quoi? L' = «qu'elle serait là / d'être là pour la fête d'anniversaire.» PP  s'accorde avec CD placé avant être. SE = CI

« Ginette a persuadé ses amis qu'elle serait ponctuelle.» Ginette a persuadé qui? ses amis. de quoi? qu'elle serait ponctuelle. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette a persuadé ses amis de sa ponctualité.» Ginette a persuadé qui? ses amis. de quoi? de sa ponctualité. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette les a persuadés de sa ponctualité.» Ginette a persuadé qui? LES = «ses amis». de quoi? de sa ponctualité. PP s'accorde avec CD placé avant avoir.

« Ginette a persuadé ses amis qu'il partent plus tôt.» Ginette a persuadé qui? ses amis. de quoi? qu'ils partent plus tôt. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette a persuadé ses amis de partir plus tôt.» Ginette a persuadé qui? ses amis. de quoi? de partir plus tôt. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette les a persuadés de partir plus tôt.» Ginette a persuadé qui? LES = «ses amis». de quoi? de partir plus tôt. PP s'accorde avec CD placé avant avoir.

« Ginette s'est persuadée qu'elle serait ponctuelle.» Ginette a persuadé qui? S' = Ginette. de quoi? qu'elle serait ponctuelle (de sa ponctualité). PP s'accorde avec le CD avant le verbe être.

« Ginette s'est persuadée d'être ponctuelle.» Ginette a persuadé qui? S' = Ginette. De quoi? d'être ponctuelle (de sa ponctualité). PP s'accorde avec le CD avant le verbe être.

« Ginette a proposé à ses amis qu'ils viennent la voir chez elle.» Ginette a proposé quoi? qu'ils viennent la voir chez elle. à qui? à ses amis. PP invariable.CD après avoir.

« Ginette a proposé à ses amis de venir la voir chez elle.» Ginette a proposé quoi? de venir la voir chez elle. à qui? à ses amis.  PP invariable.CD après avoir.

« Ginette l'a proposé à ses amis.» Ginette a proposé quoi? L' = «qu'ils viennent la voir chez elle / de venir la voir chez elle.» à qui? à ses amis. PP s'accorde avec CD placé avant avoir.

« Ginette le leur a proposé.» Ginette a proposé quoi? LE = «qu'ils viennent la voir chez elle / de venir la voir chez elle.» à qui? leur, mis pour «à ses amis.» PP s'accorde avec CD placé avant avoir.

« Ginette s'est proposé d'inviter ses amis chez elle.» Ginette s'est proposé quoi? d'inviter ses amis chez elle. PP invariable.CD après être. S' = CI.

« Ginette se l'est proposé.» Ginette s'est proposé quoi? L' = «d'inviter ses amis chez elle.» PP s'accorde avec CD placé avant être. S' = CI.

L'application de cette règle délicate commence donc d'abord par une bonne connaissance du vocabulaire et des prépositions contenues dans certains mots comme les verbes.

Pour tout savoir: Maurice Rouleau, Est-ce à, de, en, par, pour, sur ou avec?, Répertoire d'adjectifs, de verbes et d'adverbes pouvant ou devant se construire avec une préposition, Linguatech, Brossard, 2002, 272 pages.

Ou bien par ce lien sur le web Le Rouleau des prépositions dans le site web du Portail linguistique du Canada.

RÈGLE 24. Le CD peut être représenté par des noms masculins et féminins, coordonnés.

«Le chien et les chattes qu'elles ont achetés sont beaux.»

Le PP s'accorde avec le CD QU' placé avant le verbe avoir, donc masculin pluriel ici. Pourquoi masculin? parce que le QU' renvoie à Le chien et les chattes, et comme  la grammaire française est misogyne (elle n'aime pas les femmes), quand il y a un masculin et un féminin coordonnés, le masculin l'emporte toujours sur le féminin, même si le masculin est minoritaire. (une règle qui met du temps à s'adapter aux changements de la société moderne...)

RÈGLE 25. Le CD peut être représenté par une partie de phrase commençant par l'adverbe interrogatif SI.

(c'est le fameux SI qui aime les -RAIS, contrairement à son frère jumeau, le SI qui ne les aime pas...).

« Ginette s'est demandé si Bougaïeff avait donné la bonne explication.» ...s'est demandé quoi? si Bougaïeff avait donné la bonne explication = CD. CD après le verbe être. PP ne s'accorde pas. S' = CI.

« Ginette se l'est demandé.» Ginette s'est demandé quoi? L' = si Bougaïeff avait donné la bonne réponse. CD avant le verbe être. PP s'accorde avec le CD. SE = CI.

Ce cas se rapporte aux verbes qui introduisent des questions indirectes: se demander, demander, s'informer, ne pas savoir, ignorer, dire (à l'impératif), et leurs synonymes. « Je me suis demandé si je comprenais bien toutes ces subtilités, j'ai demandé si tu avais mangé ce matin, je ne savais pas si je viendrais au cours, j'ignorais si sa cousine lui avait téléphoné, Dis-moi si tu pourras venir demain matin, etc.»

La partie de phrase commençant par SI peut être remplacée par le pronom personnel LE. « Je me le suis demandé, je l'ai demandé, je ne le savais pas, je l'ignorais, dis-le-moi, etc.» le pronom LE, ou L', est le CD qui remplace tous les CD commençant par SI.

C'est donc ici le célèbre cas du SI qui AIME les -RAIS! en opposition totale au SI qui ne les aime pas....

Le SI qui aime les -RAIS est un adverbe interrogatif, introduit par un verbe à valeur interrogative, dont nous avons donné des exemples ci-dessus. « Je me suis demandé SI je VIENDRAIS au cours.» Le verbe au conditionnel de cette phrase se nomme «futur dans le passé». Cette phrase peut être employée au présent « Je me demande SI je VIENDRAI au cours.» Dans tous ces cas, on pose une question, mais sans utiliser de point d'interrogation. Cela s'appelle une question indirecte.

Le SI qui n'aime pas les -RAIS est une conjonction de subordination, qui introduit une subordonnée conditionnelle. Ce SI n'introduit pas une question. Il sert seulement à poser une condition, qui fait que l'autre verbe va être au conditionnel, mais pas le verbe du SI...méchant coup pour le deuxième verbe...

« SI j'AVAIS du temps, je passerais mon samedi soir à apprendre les participes passés.»

« SI j'ÉTAIS riche, j'achèterais tous les livres de grammaire de la langue française...ou j'irais en vacances aux Bermudes...»

RÈGLE 26. Avec le déterminant le peu, le PP s'accorde selon les estimations que l'on fait des résultats de l'action.

« Le peu de confiance que vous m'avez témoigné m'a découragé.» Ici, le résultat de l'action est négatif, c'est le découragement. On accorde le PP avec QUE, qui renvoie à PEU, donc le PP est au masculin singulier.

« Le peu de confiance que vous m'avez témoignée a suffit pour me donner du courage et j'ai réussi!» Ici, le résultat de l'action est positif, c'est l'encouragement et la réussite. On accorde le PP avec QUE, qui renvoie à CONFIANCE, donc le PP est au féminin sigulier. Pour décider rapidement dans le cas de cette règle extrême, calculez entre positif ou négatif. Ça marche tout le temps.

RÈGLE 27. Le PP s'accorde avec le CD, dans le cas de l'attribut du complément direct.

« Ces fleurs , je les ai trouvées très fraîches.» J'ai trouvé quoi? LES = ces fleurs. On accorde le PP avec le CD placé avant le verbe avoir. Et ne dites pas, je les ai trouvées quoi? fraîches, mais plutôt, je les ai trouvées comment? fraîches. Le fraîche n'est pas un CD parce qu'il ne répond pas  à la question quoi? mais à la question comment ? parce que c'est un adjectif qualificatif, et pas un nom. 

UN ADJECTIF QUALIFICATIF NE PEUT JAMAIS ÊTRE COMPLÉMENT DIRECT, DONC IL NE RÉPOND JAMAIS À LA QUESTION QUOI?

« Ces explications, je les ai estimées intéressantes.» J'ai estimé quoi? LES = ces explications. Accord du PP avec le CD placé avant avoir. Je les ai estimées comment? intéressantes, ce n'est pas un CD, c'est un adjectif qualificatif....

« Les patrons que les employés avaient considérés incompétents ont démissionné.» Les employés avaient considéré qui? QUE = les patrons. Accord du PP avec le CD placé avant avoir. Les patrons avaient considéré les employés comment? incompétents, ce n'est pas un CD.

« Elles se sont crues sauvées quand elles ont entendu les voix des sauveteurs.» même raisonnement, avec une difficulté supplémentaire, le verbe est pronominal. Elles ont cru qui? SE = elles. Accord du PP avec le CD placé avant avoir. Elles se sont crues comment? sauvées, ce n'est pas un CD.

« Elles se sont prétendues endormies pour pouvoir se reposer plus longtemps.» Elles ont prétendu qui? SE = elles. Accord du PP avec le CD placé avant avoir. Elles se sont prétendues comment? endormies, ce n'est pas un CD.

Les verbes qui peuvent amèner l'attribut du complément direct (on dit aussi attribut de l'objet) sont les suivants: verbes de jugement et d'appréciation (juger, trouver, estimer, considérer comme, regarder comme, etc.), verbes indiquant un changement d'état (laisser, rendre, faire, etc.) ou verbes conférant un titre ou une dénomination (proclamer, nommer, élire, traiter de, appeler, etc.) et des verbes pronominaux comme se croire, se prétendre, se porter, se sentir, se penser, et leurs synonymes.

VERBES A PARTICIPE PASSÉ INVARIABLE (voir liste des verbes ci-dessous)

Les verbes qui n'ont pas de complément direct (pas de CD, verbe dits intransitifs, voir agir, babiller, badiner, etc.), ou bien qui demandent un complément indirect, avec préposition à, de, ou autre (qui ont un CI, verbes dits transitifs indirects, voir accéder à, appartenir à, jouir de, rire de, etc.), ou encore qui ont pour sujet le pronom « il » impersonnel invariable, (voir il faut, il s'agit, il pleut, il neige, il fait froid, etc.), gardent leur participe passé invariable dans tous les emplois. Exemples:  Les lueurs de l'incendie de forêt ont brillé longtemps dans la nuit. Les étudiantes ont bavardé après avoir terminé leur examen. Après leur baccalauréat, les étudiantes ont accédé à la maîtrise. Ces maisons ont appartenu à différents propriétaires. Il a y aussi un certain nombre de locutions verbales, dont le participe passé est invariable: se rendre compte de quelque chose (avec CD intégré au verbe par le nom «compte»), en vouloir à quelqu'un (le «en» est un CI, de quelque chose).

« Elles se sont rendu compte qu'elles étaient perdues dans les bois.» Elles se sont rendu compte de quoi? qu'elles étaient perdues dans les bois. SE = CI. CD «compte» placé après le verbe être, PP invariable.

« Elles en ont voulu à leurs amies.» EN = CI, à leurs amies = CI. Pas de CD, PP invariable.

Liste des verbes sans complément direct (111 verbes), donc à participe passé invariable.

accéder à, agir, appartenir à, babiller, badiner, bavarder, bondir, briller, broncher, cheminer, circuler, clignoter, comparaître, contribuer à, converser, coopérer à, correspondre, daigner, déjeuner, dépendre de, déplaire à, déroger à, dîner, dormir, en vouloir à, errer, éternuer, étinceler, exceller, faiblir, falloir, flâner, flotter, fraterniser, frémir, frissonner, gémir, grelotter, hésiter, insister, intercéder, jaser, jouir de, jeûner, lambiner, luire, lutter, marcher, mentir à, mugir, naviguer, neiger, nuire à, opter, osciller, parlementer, parler à, participer à, patauger, pâtir, patienter, persévérer, persister, pester, pirouetter, philosopher, plaire à, pleuvoir, procéder, profiter, progresser, prospérer, pouvoir, ramper, réagir, régner, reluire, remédier, résider, résister, résonner, resplendir, ressembler à, retentir, rire de, ricaner, rôder, ronfler, roupiller, sautiller, séjourner, sembler, se rendre compte de, sombrer, sommeiller, souper, sourire à, subsister, succéder à, succomber à, suffire, surnager, survivre à, sympathiser, tabler, tarder, tempêter, tournoyer, tousser, trébucher, trinquer, triompher, trôner, vaquer, végéter.

Hisoire de GINETTE POUTINETTE, reine des participes passés - A lire absolument!

Et en fin de compte, toutes ces explications nous mènent tout droit au récit de la vie trépidante de Ginette Poutinette, jeune femme de génie qui non seulement a inventé la recette de la poutine à Drummondville dans les années 1950 à l'âge de 13 ans, mais qui était aussi très bien connue sous son titre de « Reine des participes passés » au cours de son adolescence. En plus de tenir un restaurant exclusivement dédié à la poutine à toutes les sauces, Ginette est également une caissière hors pair qui collectionne les coupons rabais. Mariée à Bernard, un homme peu respectueux de ses talents culinaires, Ginette est mère de quatre filles, qui adorent les fleurs : Violette (22 ans), Rose (18 ans), Hyacinthe (15 ans) et Marguerite (12 ans). Elle est également très proche de sa cousine Célestine, avec qui elle partage sa passion pour les vêtements extravagants. Dans ses temps libres, Ginette aime écouter de la musique (ses goûts alternent entre Roch Voisine et le hip hop), photographier des koalas, acheter des vêtements au Village des valeurs et conjuguer des participes passés complexes. Son restaurant préféré est la cantine La Poutinette, située dans le village de Wickham au Québec, non loin de Drummondville. Nous vous rappellerons son existence en vous fournissant de temps à autre des exemples où vous trouverez un petit aperçu de la vie ordinaire de Ginette Poutinette. Les exemples sont signalés dans la liste de phrases par l'image de Ginette Poutinette, ou de celle de sa cousine Célestine, qui les accompagne.

Avec nos remerciements les plus chaleureux à Mélissa Bouchard et à Marie-Pascale Desbiens d'avoir assumé le développement du contenu du site.

Appel à collaboration aux membres du Réseau universitaire d'aide en français (RUSAF) des universités du Québec, et à tout spécialiste de la langue française intéressé par le projet. Toute personne intéressée peut participer au développement du contenu du site. Il suffit de transmettre au directeur de projet les termes qui seraient à ajouter ou à retrancher du site, de manière à créer une liste pédagogiquement viable, et utile, pour les étudiants devant passer le TECFEE. Le nom des personnes participantes sera affiché sur la page d'accueil comme membre de l'équipe de développement.

Le directeur de projet,

André Bougaïeff
Professeur
Département de Lettres et communication sociale
Université du Québec à Trois-Rivières

Courriel: andre.bougaieff@uqtr.ca

Site web: www.uqtr.ca/bougaief

Septembre 2010

Nombre d'accès : 25019
Dernière mise à jour | 2015-02-16