Dernières nouvelles
  Sommaire       Fils d'information RSS  
14 novembre 2019 (16:40)
Jordan Martel, un marqueur naturel

Les Patriotes accueillent Queen’s vendredi et samedi. Texte de Robert Martin

9nov-photo-051Jordan Martel en pleine démonstration de ses habiletés offensive

Jordan Martel est l’un des 15 joueurs recrus qui font partie de l’alignement des Patriotes cette saison. Et jusqu’ici, on peut constater que la transition avec le hockey junior majeur se passe à merveille puisque le #91 de la formation trifluvienne a déjà neuf buts et cinq passes à son actif, pour un total de 14 points. Seulement en fin de semaine dernière, face aux Voyageurs de l’Université laurentienne, Martel a cumulé quatre buts et deux aides pour un total de six points en deux rencontres.

Lors de son parcours avec le Drakkar de Baie-Comeau, Martel a connu des saisons de 9, 25, 39 et 26 buts, ce qui laissait présager un flair offensif remarquable. La recrue des Patriotes semble d’ailleurs dotée d’une confiance inébranlable en ses moyens.

« J’espérais un début de saison du genre, mais je dois souligner l’apport de mes coéquipiers. Il y a beaucoup de talent au sein de cette équipe. Nous formons une jeune équipe, mais je ne doute nullement de nos moyens et de notre capacité à rivaliser avec les meilleures équipes », confie le #91 des Patriotes.

Son entraîneur, Marc-Étienne Hubert, mise aussi beaucoup sur le talent de son joueur recru.

« Il est talentueux, il a de la vitesse, de bonnes habiletés et possède un très bon lancer. Des atouts qui pourraient, comme ce fut le cas pour Guillaume Asselin, le mener vers le hockey professionnel. Je sais qu’il a déjà été considéré par les dépisteurs de la Ligue nationale de hockey, mais il semble qu’un certain manque de constance au niveau junior lui a considérablement nui. S’il parvient à ajouter dans son jeu ces détails qui font en sorte qu’un joueur puisse constamment s’améliorer, il pourrait surprendre », soutient-il.

Après son passage avec les Patriotes, Asselin a évolué pendant deux saisons dans la East Coast League, à Brampton et Wichita, avant de disputer deux autres campagnes avec la formation se Banska Brystica en Slovaquie. Cette saison, il porte les couleurs de Sierre dans la Ligue nationale suisse.

 

Jeu plus physique

Comparativement au hockey junior, le hockey universitaire est beaucoup plus physique reconnaît Jordan Martel. « Et il faut s’y adapter rapidement. Physiquement, les joueurs sont plus matures. Et, ils se servent bien de leurs atouts physiques. C’est donc plus dur sur le corps. Pour le reste, ça se ressemble au niveau du jeu comme tel» avance le natif de Chicoutimi.

Si les Patriotes ont de l’ambition sur le but à atteindre en fin de saison, soit une participation au championnat canadien, l’étudiant en administration a aussi de grandes ambitions. « Je veux jouer au hockey le plus longtemps possible. Jusqu’à ce que mon corps ne le supporte plus. Le hockey européen est aussi attirant. Mais dans la vie de tous les jours, après mes études, je souhaite diriger ma propre entreprise. Je ne sais pas du tout dans quoi exactement, mais je sais ce que je veux », affirme Jordan Martel.

Et si c’était le hockey professionnel, après que les dépistées aient eu le temps de refaire leurs devoirs, qui l’attendait au détour? À suivre...

 

Programme double

48870123323_27ea082762_k

Mais avant, bien avant, Martel et ses coéquipiers devront se mesurer aux Golden Gaels de l’Université Queen’s (Kingston), les détenteurs de la Coupe Queen - emblème de la suprématie du hockey universitaire de l’Ontario.

Jusqu’ici, les Gaels ont une fiche bien modeste de quatre gains et sept revers. Il s’agit d’une équipe en début de cycle. Une équipe jeune, comme celle des Patriotes. Mais le style de jeu de Queen’s ne change pas, que l’équipe soit en début ou en fin de cycle. « Ils sont disciplinés et travaillants. Ils ne dérogent pas de leur plan de match et font en sorte que la patinoire paraît petite tellement ils pourchassent la rondelle. Ils sont rapides, mais nous devrons aussi nous imposer par notre vitesse », confie Marc-Étienne Hubert.

Encore une fois, les Patriotes s’apprêtent à disputer un autre programme double. C’est la norme, maintenant au hockey universitaire. « Pour nous, les entraîneurs, c’est plus facile de préparer nos joueurs du fait que nous affrontons la même équipe deux jours de suite. Mais, peut-être que les amateurs souhaiteraient voir deux équipes différentes. Je ne sais pas. Chose certaine, on doit travailler de cette façon maintenant », conclut Hubert.

Le match de vendredi débutera à 19h, et celui de samedi à 15h.