Marty Laforest
Bienvenue à mon site personnel



Après l’obtention d’une maîtrise de littérature française, j’ai réorienté le cours de mes études vers la linguistique. J’ai obtenu un DEA en sciences du langage de l’École des Hautes études en Sciences sociales de Paris et un doctorat en linguistique de l’Université Laval (Québec, Canada). Je suis membre du Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec (CRIFUQ) et de l’International Association of Forensic Linguists. Professeure titulaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières, j’y poursuis mes recherches dans les domaines de l’analyse de discours, de la sociolinguistique et de la pragmatique. J’ai longuement travaillé sur le discours conflictuel et la violence verbale telle qu’elle se déploie tant dans l’espace privé que public, notamment en contexte radiophonique. Plus spécifiquement, je me suis intéressée aux actes de langage dits « de condamnation » (tels que le reproche, l’insulte et la diffamation) et, par la suite, au discours de repentir, dans une série de projets de recherche subventionnés par le Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada entre 2000 et 2014. Je m’intéresse maintenant particulièrement au discours de menace, en collaboration avec Geneviève Bernard-Barbeau (UQTR) et Francis Fortin (école de criminologie, U. de Montréal).

Tous ces travaux m’ont menée à m’intéresser de près à la linguistique légale et au développement d’applications de l’analyse de discours au domaine des enquêtes de police. En effet, nombreux sont les besoins légaux ou judiciaires liés au langage, qu’il s’agisse à proprement parler de « crimes de parole » (comme l’incitation à la haine) ou de paramètres linguistiques impliqués dans un délit quelconque (le besoin d’identifier l’auteur d’un texte ou de reconnaître une voix, par exemple). Dans cette perspective, je travaille plusieurs années sur la détection des appelants dissimulateurs au service d’urgence téléphonique 9-1-1, projet mené en coopération avec la Sûreté du Québec. Avec ma collègue Dominique Lagorgette (U. de Savoie Mont Blanc), je suis la cofondadrice de la première école d’été en linguistique légale offerte dans la francophonie. Cet événement annuel, qui se tient en alternance à Chambéry et à Trois-Rivières, permet de fédérer les chercheurs intéressés à développer des modèles d’analyse répondant aux besoins légaux.